Ma première expérience de jeu avec Overwatch : Waouwwww !

Lona | 12/11/2014 à 15h00 - 10

S'il y a bien quelque chose que l'on ne peut pas transmettre en postant des images et des vidéos d'Overwatch, c'est la sensation que l'on éprouve en y jouant. Et c'est bien dommage. On peut être un peu sceptique lorsqu'on regarde de près (ou de loin) la vidéo de gameplay du jeu, mais c'est une histoire totalement différente de poser les mains sur le clavier et la souris et envoyer du lourd sur l'équipe adverse -- ou sur vos coéquipiers si vous êtes un héros de support.

Vous comprenez déjà l'intérêt des classes dans Overwatch: en fonction de votre rôle, votre style de jeu va changer énormément. Mais ça va encore plus loin grâce aux différences majeures de capacité entre des héros de la même classe; mais j'y reviendrai plus tard.



Bien sûr, de nombreux joueurs vont comparer Overwatch avec Team Fortress 2, chose logique au vu des similarités des classes (attaque, défense, tank et support), mais il y a trois différences majeures entre ce dernier et la nouvelle licence Blizzard:
  • Il n'est pas possible de personnaliser les personnages.
  • Il y a 12 personnages à choisir (plus dans l'avenir!) ce qui augmente d'autant les possibilités.
  • Il ne s'agit plus de ne changer que d'arme et tirer/recharger, il faut surtout utiliser ses capacités avec le bon timing (exemple de Tracer et de la tactique "téléportation > téléportation > téléportation > bombe > retour dans le temps", voir plus loin).
Ce dernier point est particulièrement important car il donne une sensation radicalement différente aux joueurs: la dynamique est tout simplement incroyable. On a toujours l'impression qu'il est possible de faire plus de choses que dans un autre FPS, car la mobilité est essentielle dans Overwatch. Il y aura toujours un moyen d'échapper à une attaque pour peu que la capacité ne soit pas en train de se recharger: grappin, téléportation, saut, grimper sur un mur, etc. Cette mobilité donne un sentiment de puissance incroyable.

Je vais maintenant vous parler plus spécifiquement des héros que j'ai joués pendant notre session de jeu. Aux commandes de la première équipe, il y avait JudgeHype, Mamytwink, Zecharia, moi-même et deux autres personnes prises de force dans la salle de presse ^^ En face, une autre équipe dont la moitié des joueurs étaient... des employés de Blizzard. Bah bravo !


Mercy (beaucoup)



Jouant prêtresse sur World of Warcraft, je n'ai pas pu m'empêcher d'immédiatement prendre un des héros de support qui a des capacités de soin. Dans la mission à laquelle nous avons joué, nous étions dans une ville où il fallait empêcher l'équipe attaquante d'amener un conteneur à un certain point de la carte. Au début de la partie, 2 minutes étaient attribuées à tous les joueurs pour pouvoir sélectionner un héros parmi 12 disponibles. Bien sûr, ce temps d'attente peut paraître long, mais il était spécifiquement fait pour la BlizzCon afin que les joueurs puissent avoir le temps de bien comprendre le héros qu'ils choisissaient.

Ange (Mercy en anglais) peut utiliser son arme pour soigner ou buffer un joueur en dégâts, tirer avec une arme secondaire, voler jusqu'à n'importe quel joueur de son équipe pour peu que ledit joueur soit visible, et enfin activer un sort ultime qui ressuscite tous les joueurs alliés proches. Ho, et j'ai oublié qu'elle peut planer avec ses ailes.

En résumé, je suis rentré immédiatement dans le personnage à tel point qu'au bout de 2 minutes, j'élaborais déjà des techniques d'esquive et de déplacement plus rapide. L'héroïne est facile à prendre en main mais vraiment difficile à maîtriser parfaitement. D'abord, même si le soin est extrêmement puissant, il est visible de tous les joueurs adverses ce qui signifie qu'ils peuvent facilement vous trouver: je suis mort de nombreuses fois en essayant de soigner un de mes coéquipiers. Même chose pour le boost aux dégâts. Du coup il faut savoir bouger beaucoup tout en soignant une autre cible mouvante... dur à exécuter.

La résurrection de groupe est vraiment géniale et permet d'inverser une situation en un clin d'oeil. Exemple: mon groupe se défendait vaillamment mais a fini par tomber sous les assauts de nos ennemis. Comme un cheveu sur la soupe, j'ai atterri au milieu de la zone de combat en sautant d'un point élevé proche puis j'ai activé le sort ultime. Pouf! Mon équipe entière était de nouveau debout pour tuer les derniers rescapés de l'équipe adverse. C'était un moment incroyable de la partie!

Nous avons néanmoins perdu face à leur expertise... forcément, les employés avaient eu le temps de s'entraîner sur le jeu pendant au moins 6 mois... :P


Tracer



Note: regardez la vidéo ci-dessus si vous ne connaissez pas les capacités de Tracer. Je ne vais plus détailler les capacités des héros à partir de maintenant pour éviter de faire de la redite.

Tracer est mon héroïne favorite du moment (et ça ne risque pas de changer tout de suite vu qu'Overwatch n'est plus jouable): hyper mobile, hantise d'Arachnée, super fun à jouer... elle a plein de qualités !

Avec Tracer, il est possible d'utiliser de nombreuses tactiques différentes pour une situation donnée, mais c'est surtout la notion que "tout est possible" qui reste à l'esprit. Par exemple, si un tank vient bloquer une allée avec un bouclier, Tracer peut se téléporter derrière lui et lui tirer dessus à revers. Si elle est prise dans un combat trop intense, elle peut soit revenir dans le temps, soit se téléporter autre part.

Mais le plus impressionnant reste la tactique "téléportation > téléportation > téléportation > bombe > retour dans le temps" que j'ai mentionnée tout à l'heure. Le principe est simple: je me téléporte à un endroit où l'équipe adverse s'est regroupée, j'utilise le sort ultime pour lancer une grenade/bombe, puis je reviens dans le temps pour m'échapper. Un vrai coup d'éclat qui a aussi l'effet de perturber l'autre équipe!

Pour cette partie, nous étions cette fois-ci en attaque et bien que l'on sentait que les choses allaient mieux, nous avons de nouveau perdu.


Winston



Il est balèze, il a des lunettes, il peut passer en mode berserker et j'ai un t-shirt à son effigie, qui suis-je ? JudgeHy... heu, Winston, le gorille contrôlable. Oui, pas incontrôlable comme on pourrait s'y attendre: il est tout autant agile que les autres héros.

Mais il est gros. Il est donc plus facile de le cibler et ça se sent quand j'ai joué sur cette nouvelle carte! Au programme de cette dernière: une sorte de temple japonais assez grand dans lequel il faut capturer séquentiellement une cloche puis une pièce dans laquelle se trouve un long parchemin. Cette fois-ci, un employé est venu dans notre équipe, en échange d'un de nos coéquipier.

...et on a senti immédiatement qu'on était devenu vachement bon. Ou peut-être que ça avait à voir avec le nouveau gars dans l'équipe (^^). Plus sérieusement, je doute qu'une seule personne ait un tel impact dans une partie, je pense plutôt que nous commencions à être chauds sur la façon dont le jeu fonctionnait. Bref. Avec Winston, je me suis senti comme le roi du monde. Il est assez jouissif de sauter dans le groupe d'ennemis adverse avec les projecteurs (capacité de Winston, voir la vidéo), ou de protéger sa propre équipe grâce au projecteur de bouclier.

Mais j'ai quand même eu plusieurs fois une surprise avec le bouclier, car il n'empêche pas l'équipe adverse d'y rentrer (heureusement note, sinon ça serait surpuissant); l'aspect visuel de la capacité laisse néanmoins penser que c'est une protection infranchissable. Du coup, je me suis retrouvé une paire de fois avec une Tracer ennemie dans mon propre bouclier car je ne m'y attendais pas du tout.

Le mode berserker est par contre surpuissant. Il ne donne pas de bonus à la vitesse mais Winston devient hyper, hyper fort. Pour vous donner une idée, King Kong à côté il peut aller se brosser. Dans ce mode, on est littéralement une machine à baffes à tuer: les héros adverses n'ont qu'à bien se tenir. C'est d'ailleurs une particularité de Winston car je ne connais pas d'autre tank qui soit capable de faire autant de dégâts. Personnellement, je sautais partout et donnais des tartes à tout le monde et c'était très efficace: les héros adverses n'en menaient pas large.

Je n'ai personnellement pas trouvé l'arme du gorille particulièrement efficace (celle-ci n'est active qu'en mode non berserker), mais ce n'est pas vraiment surprenant pour un tank.

Ho, et nous avons gagné cette partie :p


Zenyatta



Pour la dernière partie, j'ai décidé de prendre Zenyatta sans vraiment savoir ce que le robot faisait, seulement pour réaliser après coup qu'il était un soigneur aussi; mais ce n'était pas très grave! Cela m'a permis de voir la différence de gameplay entre deux soigneurs.

Notez qu'il est possible de changer de héros tant que l'on est dans la zone de départ. Une fois sorti, impossible de le faire. Mais c'est un concept de jeu intéressant qui permet de dynamiser la partie d'une façon vraiment simple.

Zenyatta est assez particulier à jouer mais j'ai beaucoup aimé sa capacité ultime qui permet de soigner et rendre invincible les joueurs alliés autour de lui. Une parfaite façon d'attaquer ou défendre un endroit bien précis en donnant des secondes additionnelles qui peuvent faire la différence.

Ce qui est étonnant par contre, c'est la façon d'utiliser les attaques et les sorts de soin. Dans tous ces cas, Zenyatta envoie des boules pour activer l'effet (faire des dégâts, soigner, affaiblir un joueur), mais les boules ne vont pas aussi vite que des balles du coup c'est plus difficile de viser. Le hic, c'est que c'est aussi le cas pour les soins du coup il est possible de rater ses coéquipiers. En contrepartie, les capacités sont très puissantes et il est aussi possible de soigner plusieurs personnes en même temps (en envoyant des boules sur plusieurs personnes les unes après la autres).

C'est un super héros de support néanmoins, vraiment fun à jouer et offrant une possibilité d'affaiblir un joueur qui est très pratique contre les tanks. Il semble demander un peu plus de pratique pour l'aborder toutefois.

En tout cas nous avons gagné cette partie également, ce qui signifie qu'à la fin de la journée, j'avais deux défaites mais surtout deux victoires. Un bon aperçu des deux situations!


Remarques additionnelles et conclusion

Alors qu'est-ce qui fait la différence entre une équipe qui perd et une équipe qui gagne? Un employé Blizz... heu, la coopération entre joueurs. Clairement, on ressent ça immédiatement en jouant à Overwatch. Si les joueurs ne coopèrent pas, il n'y a tout bonnement aucun moyen d'avancer sur la carte sans se faire écraser par l'équipe adverse. C'est quelque chose qui va demander un peu de temps avant d'être complètement assimilé par la communauté, car dans des FPS plus classiques un joueur exceptionnel permet souvent de faire la différence entre deux équipes et du coup pousse à jouer un peu perso. Ici, j'en ai nettement moins l'impression.

Bien sûr, vient immédiatement à l'esprit la question: "Comment est-ce que Blizzard va s'assurer que les joueurs jouent à 100% et ne ruinent pas les parties des autres?" J'ose espérer qu'ils créeront un système avancé de signalement et autres qui permettra d'éviter ça. La société a montré dans le passé qu'elle est tout à fait capable de faire ça donc j'ai bon espoir.

En tout cas, j'ai vraiment, vraiment, vraiment, VRAIMENT envie de jouer à Overwatch, du genre "mais quand sort la Beta"? Je suis vraiment impatient de mettre les mains sur le jeu pour parfaire mes techniques sur tous les héros. C'est la grande force de Blizzard: vous donner envie de jouer à un jeu, vous en mettre plein la vue en un très petit nombre de parties, et vous convaincre que vous adorez ça. Et ça, c'est pas donné à tout le monde...

10 commentaires - [Poster un commentaire]


Chargement des commentaires...

Poster un commentaire

Vous devez vous identifier pour poster un commentaire.
Nombre de visites sur l'accueil depuis la création du site Overwatch : 10.336.570 visites.
© Copyright 1998-2020 JudgeHype SPRL. Tous droits réservés. Reproduction totale ou partielle interdite sans l'autorisation de l'auteur.